mardi 1 mai 2012

Trail de la nuit de mai

Ajoutée à mon agenda à la dernière minute pour continuer à faire des kilomètres, le trail de la nuit de mai est une course dans les Ardennes belges à 40 minutes au sud est de Liège.
Annoncée longue de 33 kms (33.3 au gps) et dotée d'un D+ de 700 m, Ce parcours nocturne à tout pour me plaire et devrait être assez roulant pour bien y figurer.
Encore une fois, voilà la théorie ... mais en pratique, j'ai eu droit à ma première déception de l'année.

D'abord, il faut savoir que de nombreuses courses annoncent des D+ très relatifs et souvent fortement gonflés sauf qu'ici, les 700 m y sont réellement. Alors pour certains (comme moi avant la course) ce chiffre n'est guère impressionnant mais j'ai vraiment eu la sensation de monter continuellement ...
De plus, comme mon entraînement ne laisse pas ou peu de place au dénivelé, j'ai vraiment chargé et perdu de nombreuses places lors des ascensions.
A ce manque cruel d'entraînement, il faut ajouter une erreur d'hydratation avant la course. Aucune excuse, j'ai pas fait gaffe et dès les premiers hectomètres du parcours j'avais déjà la salive pâteuse symbole de déshydratation .
En vrac , on peut aussi rajouter une frontale qui va très bien pour du long  , lorsque la vitesse de croisière est faible mais qui s'avère trop juste  lorsqu'on dépasse un certain seuil (déjà remarqué au night trail de Frameries), on peut aussi rajouter un manque de jus et d'envie, tout simplement,  qui demanderont à être expliqué avec un peu de recul.(4 courses en avril , un peu trop ?)

Bon, place à la course. Je passe sur les rituels qui se sont déroulés comme d'habitude.
Alors que je commençais à m'échauffer , le speaker nous demande de nous regrouper dans le hall multisport pour un dernier long briefing avant le départ (20 minutes à l'avance !) .A la fin de celui ci , il me reste 5 minutes pour essayer d'accélérer l'allure avant que le départ soit donné et sur les coups de 20 heures, les coureurs du second trail de Stavelot sont lâchés .

Je pars tout de suite devant avec un groupe de 5 autres coureurs pour ... 500 mètres de plat puis la route s'élève sensiblement et je préfère me laisser distancer pour ne pas tout de suite  être dans le dur . Lorsque les côtes sont courtes pas de problèmes mais ici, nous montons directement pendant plusieurs kms ( vers Amermont) d'abord sur route puis en forêt le long d'un parcours santé, je perds 4 ou 5 places et je n'arrive pas à me faire violence pour aller plus vite. Nous redescendons ensuite très légèrement pour mieux remonter sur les hauts de Francorchamps sur un parcours qui emprunte de petits monotraces en forêt bien boueux au milieu des pins mais où le résultat reste le même : je perds encore des places..

Nous surplombons le circuit de F1 de spa, les paysages sont splendides et nous n'avons pas encore allumé les frontales pour dévaler les sentiers qui nous amènerons à l'entrée de celui ci , lieu choisi par l'organisation pour placer le premier ravito (kms 12) .
Je me sens mieux depuis un petit quart d'heure et je commence à rattraper du monde. Le troisième sommet de la course est dépassé sans que j'en garde souvenir. La preuve que ça va !
Nous continuons à courir sur des petits chemins le long de champs, en sous bois ... le parcours reste sympa, pas monotone mais piégeux et je préfère lever le pied en descente pour ne pas risquer une entorse. Je passe ainsi la première boucle de 21 kms en sixième position encore frais ,prêt à affronter les 350 derniers mètres de D+ que nous offre cette seconde boucle.

Et comme au début de course, nous attaquons directement les choses sérieuses en montant sur du bitume puis en forêt vers le Butey en passant à côté d'une ferme bio. La pente est raide et depuis le début de celle ci je suis passé en mode marche. Bien entendu, je me fais doubler par quelques coureurs.
C'est le moment que choisis la pluie pour faire son apparition et cela a au moins l'avantage de rafraîchir l'atmosphère très lourde de ce début de nuit car côté mental, c'est plus trop ça, je n'éprouve plus aucun plaisir, et je n'ai toujours pas envie d'accélérer, je suis même pas sûr d'en avoir les capacités ... Je sens les crampes proches, j'ai l'adducteur droit qui tire ... ça ne va pas.

Cahincaha , les kilomètres défilent en descente (promenade des passerelles) comme en côte (dernière ascension infinie vers le monastère de Wavreumont), Dans les deux cas le résultat est le même : je me fais doubler ! et je m'en fou, j'ai juste envie de rentrer à l’hôtel et d'oublier cette sale soirée.
Chose faite en un peu moins de trois heures ( j'ai oublié d'éteindre le chrono ...) pour une 9 ème place ...et un teeshirt souvenir.

Je ne m'attarde pas et m'éclipse rapidement sans demander mon reste pour aller me coucher à la recherche d'un sommeil que je n'arriverai finalement pas à trouver.
Quand ça veut pas, ça veut pas ...

Mon compte rendu respire le dépit et ce trail ne mérite certainement pas ça.
Les bénévoles ont fait du bon boulot et l'ambiance générale était sympa.
Le fléchage s'est avéré parfait ( pas d'hésitations) comme le parcours qui est très varié.
Seul bémol (si il faut en trouver un) c'est le moment du briefing qui aurait pu être réalisé 5 minutes avant le départ pour permettre à tous de s'échauffer convenablement.


résultats 33 kms

 photos à venir ...

6 commentaires:

  1. Salut, je découvre ton blog à l'instant. Joli travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut david , dommage pour ce résultat ; mais les courses ajoutées au dernier moment c'est jamais trés bon ca , surtout quand tu es en prépa pour un objectif . repose toi bien et fais nous un super marathon ! @+charly

      Supprimer
    2. merci Charly ! je crois que tu as raison , j'aurais du m'abstenir cette fois ci .
      Espérons que le 13 mai tout se passe bien ...

      Supprimer
    3. merci Steve. J'avais adoré le design ton blog : coloré et clair. Je m'en suis donc inspiré !

      Supprimer
  2. Si tu ressens de la fatigue, c'est normal. Ne sous-estime pas l'effort à fournir lors de ces courses d'une trentaine de kilomètres que tu parcours à tombeau ouvert!
    Un peu de repos va te permettre de recharger les batteries. D'ailleurs,la courbe de la performance chute moins vite que celle de la fatigue en cas d'arrêt prolongé.
    Je dis ça mais je suis un très mauvais exemple...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour l'info . on en reparlera dimanche !

      Supprimer